Titre de la conférence : L’audace discrète d’une attitude intenable.

1-Qu’est le projet DIOGENE, une fiction. Un volume dans un volume ne permet pas de se rapporter à la réalité, car la réalité est constituée du rapport entre l’extérieur et l’intérieur.

2-Que cherche-t-on à dire, comme si habiter était un monde clos sans rapport avec la lumière naturelle, cette lumière qui par ses variations confère à l’espace intérieur une des parts les plus importantes au regard de la qualité de vie.

En le dénommant Diogène, « Ôte toi de mon soleil » (lumière encore), la question de l’espace minimal est ouverte, elle l’est par rapport à la réalité de la consommation et par rapport à la contingence de devoir vivre par nécessité dans des espaces de dimensions réduites.

Même dans un contexte de contraintes tout n’est pas dicté par la nécessité. C’est la faculté d’organiser dans l’espace les différents dispositifs plus ou moins fonctionnels qui procure un sentiment d’efficacité et redonne une perception fluide de l’espace et une notion de plaisir.

3-Normes et transgression.

C’est un devoir de produire dans le cadre normatif de plus en plus élaboré afin de répondre aux exigences de sécurité, d’hygiène ou de préservation de l’environnement.

C’est un devoir de concevoir dans le cadre d’un cahier des charges répondant aux attentes des consommateurs en termes de qualité et d’économie.

C’est un devoir aussi de formuler des visions alternatives des modes de vies qui transgressent les cadres normatif et de production en série.

La norme et la série permettent de répondre à un grand nombre de besoins, y compris des besoins superflus, dans une offre que l’on pourrait estimer diversifiée bien qu’elles favorisent l’uniformité et contraignent la différence.

4-Par delà l’organisation minutieuse voire savante des différents éléments dans un contexte d’espace et de moyens minimaux, par delà la valeur esthétique présupposée, le projet vise à ouvrir la réflexion, à partir d’une expérimentation.

Que représente la symétrie : l’ordre. La symétrie est une marche pour l’esprit.

La symétrie renvoie dos à dos, met en regard.

L’eau de l’évier, celle du lavabo.

La table de la cuisine et la table de travail.

La cuisine et la salle de bain.

Tout est utilisable quel que soit le contexte spatial

Tout est utilisable dans une fonctionnalité équivoque puisqu’elle incite à ne pas faire l’économie de ses mouvements dans les limites d’un risque conscient

La chambre est-elle un espace de réception ?

Elle est suspendue dans le vide et s’ouvre sur un ciel fictif

C’est un plan qui poursuit la position horizontale du dormeur.

Le plan est la paix du sommeil.

Pourquoi il n’y a-t-il pas de mobilier ?

Tout est mobilier.

L’espace est mobilier.

La maison est mobilier.

Maison intangible par son rapport au sol.