Château Haut-Selve

Château viticole. France 1996.

 

 Le bâtiment est implanté sur le haut du terrain, latéralement. Ce choix permet de différencier deux perceptions conformes à deux usages distincts : le premier est conforme à l'idée de représentation d'un "château", à savoir la découverte à partir d'une traversée au cœur du domaine ; le second, plus technique ou pragmatique, traite avec rationalité les mouvements des machines agricoles et l'accès des véhicules lourds.

 La hauteur du bâtiment a été calculée de telle sorte que, depuis l'entrée dans le domaine, le long faîtage horizontal se confonde avec la ligne de l'horizon. Le bâtiment est enfin implanté contre les derniers rangs de vigne de telle sorte qu'on le perçoive immergé dans le vignoble. Le parti architectural a consisté à regrouper l'ensemble des fonctions du programme dans un seul bâtiment, à la fois pour être conforme à la tradition rurale qui va des granges aux hangars et, également, s'accorder avec la mutation des processus agricoles, aujourd'hui plus techniques. La proximité et le compactage des fonctions à également permis de créer un grand bâtiment à l'échelle du site. Son aspect monolithique est modulé par une série d'interventions de détail comme le surplomb du mur amont et le fruit du mur aval ou le dessin triangulaire du brisis longitudinal qui accusent l'enfoncement dans le sol d'un côté et l'émergence de l'autre.

L'ouverture du toit contraste avec l'aspect très fermé du bâtiment.

Elle correspond à l'espace autour duquel s'articulent toutes les fonctions.

Les ouvertures dans les murs sont conçues en rapport avec les caractéristiques de chaque espace intérieur et en relation avec le site: les fines fentes des chais à barriques et les fenêtres de la salle de dégustation donnant sur les vignes sont largement chanfreinées sur l'allée centrale, le groupe de trois ouvertures du cuvier est en perspective sur la garenne et le bassin d'orage, enfin la loggia du logement de fonction à l'extrémité domine l'ensemble du site.

Le bâtiment est organisé conformément au cycle du vin en distinguant deux phases : la première correspondant à la vinification, soit la réception des vendanges, le cuvier et le chai à barriques ; la seconde au conditionnement, soit le bouteiller. Pour une bonne compréhension du cycle du vin, la réception des vendanges - égrappoirs, pressoirs et cuves de macération -, est implantée dans l'espace central sous l'auvent.

 Le cuvier est jumelé sur toute la partie Ouest avec le chai à barriques. Ce sont deux longs volumes d'une cinquantaine de mètres traités en contraste l'un par rapport à l'autre, le cuvier étant plus technologique, le chai à barriques, référencé par rapport aux bâtiments de même typologie, à savoir plus traditionnel. Le volume du cuvier est défini par l'alignement des cuves cylindriques en acier inoxydable de part et d'autre d'une allée centrale corrigée en perspective (le fond plus large que le début). Le chai à barriques se déploie sur deux niveaux, en bas les rouges, en haut les blancs. L'ensemble du volume est doublé d'une coque en bois de chêne brut et non traité. Les barriques sont alignées sous une longue voûte interceptée par des voûtes transversales ouvertes sur la double hauteur et les fentes de lumière donnant sur la vigne. La salle de dégustation est ouverte à la fois sur la vigne et sur le chai à barriques.

Le bouteiller, vaste volume à caractère industriel, est destiné à la rationalité du stockage et de l'expédition. Le bâtiment agricole est implanté dans la perspective de l'entrée au-delà de l'atrium permettant le garage et la circulation des matériels agricoles.